Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse de l'Immaculée Conception
Menu
Navigation

Marché de Noël

Jeunes, animateurs, parents du GPC, et le Père Camille se sont retrouvés durant deux jours pour offrir aux paroissiens et gens de passage , couronnes, confitures, crêpes, soupes, divers objets faits mais par leurs amies les "Cousettes" .....
Cette vente aidera au financement du Frat des Lycéens et un peu pour le camp de printemps en Normandie, soyez tous remerciés pour votre grande générosité.

 

Les marchés de Noël

 

Tout entiers axés autour des produits de la fête – dans son double aspect profane et sacré– , les marchés de Noël connaissent, depuis quelques années, un succès sans précédent. Tant et si bien qu’ils se multiplient à l’envi, chaque ville, chaque quartier s’enorgueillissant désormais de posséder le sien.

Parmi les plus anciens et sans doute les plus beaux se trouve le marché de Noël de Nuremberg, qui se déroule chaque année, du vendredi précédant le premier jour de l’ Avent jusqu’à la veille de Noël, sur la place du Marché. Inauguré de façon très solennelle, cette manifestation commerciale a une longue histoire.

On pense, non sans raison, que ce marché prit naissance sous l’influence du luthéranisme, qui popularisa le don de cadeaux aux enfants à l’occasion de Noël. Avant Luther, en effet, les enfants ne recevaient leurs cadeaux que le premier de l’an, fête profane s’il en est. Le plus vieux document connu à ce jour attestant cette nouvelle tradition date de 1559 et se trouve dans le livre de comptes du conseiller municipal de Nuremberg, Paulus I Behaim. Et on peut constater que, depuis 1564, la distribution des cadeaux aux enfants – le Kindleindbescheren – est passée du jour de J’an au jour de Noël. La demande de jouets qui s’ensuivit entraîna bientôt la création d’un marché spécifique quelques semaines avant la fête. Le succès fut tel que ce type de ventes se développa largement dans les premières décennie du XVIIe siècle.

Mais le marché que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Christmesse (la « foire du Christ ») ou Christkindelmarkt n’apparaît vraiment qu’à partir de 1690. La présence de la Saint-Thomas, située peu avant Noël, accentua encore le phénomène, puisqu’en ce jour du 21 décembre, il était de tradition que les étudiants de l’université de la ville libre d’Altdorf affluent à Nuremberg pour y effectuer leurs achats. L’importance des échanges devait être spectaculaire si l’on en croit un registre municipal attestant qu’à cette époque de l’année plus de 1 500 charrettes et voitures entraient dans la ville!

Au milieu du XVIIe siècle, les représentations de l’Enfant Jésus étaient fréquentes, notamment lors de mises en scène organisées pour accompagner les remises de cadeaux aux enfants. C’est ce « personnage» qui, associé à Gabriel, l’ange de l’Annonciation, a donné naissance à l’ange de Noël de Nuremberg. À l’origine, cet ange ailé et recouvert de fausses feuilles d’or se présentait manchot… avant de montrer des bras porteurs de lumière. Aujourd’hui, cet ange doré est devenu l’un des principaux symboles du Noël allemand.

Succès local et touristique oblige, le marché de Noël de Nuremberg a de nos jours largement débordé les limites topographiques de la place du Marché sur laquelle il avait vu le jour. Désormais, ce sont toutes les rues menant de la gare au Christkindelmarkt qui sont décorées tout au long de la période des festivités, à l’aide de grandes perches peintes en blanc auxquelles sont suspendues des guirlandes de branches de sapins enchevêtrées, des lumières et autres symboles de Noël. Au milieu de la place du Marché se dresse aujourd’hui une grande crèche peuplée par des figurines en bois sculpté.

Une petite fête est célébrée, chaque année, à l’ouverture de ce marché. À la tombée de la nuit, le Christkind (le petit Jésus – réélu tous les deux ans) proclame, dans le chœur de l’église Notre-Dame et sur fond de musique solennelle, l’ouverture des festivités. Sur le parvis, des chœurs d’enfants interprètent des chants de Noël avant que les écoliers, porteurs de lanternes, partent en cortège jusqu’au château pour assister à une représentation de la Nativité.

À l’instar de leur « grand frère » allemand, les marchés de Noël se sont répandus à travers l’Europe, imposants ou petits, fastueux ou modestes, mais toujours empreints d’une beauté singulière – pour le plaisir des adultes et l’émerveillement des enfants.