Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse de l'Immaculée Conception
Menu

Intervention du père Bourgoin auprès des membres des conseils pastoraux et économiques le 31 mai 2017

Je voudrais ce soir revenir sur ces six années de ministère vécues ici à la paroisse de l’Immaculée Conception. Une manière pour moi de faire mémoire et de rendre grâce devant vous et avec vous.

 

Vous devinez sans doute que ce bilan que je fais n’est pas sans émotion car il signifie mon départ et l’arrivée du Père Etienne Givelet.

 

1 - Ma relation à la communauté de l’Immaculée Conception.

 

En amorçant ce bilan, je souhaite vous dire que  j’ai pris conscience que j’ai ici une famille. J’ai été accueilli comme un frère et comme un père. Un frère, parce que vous avez pris soin de moi. Un père, parce que vous ne m’avez jamais rejeté et que vous m’avez toujours donné la place de vivre ici en tant que votre curé.

Ces années ont été pour moi marquées par mon combat contre la maladie et je mesure la chance qui fut la mienne de les vivre avec vous et parmi vous. Vous m’avez aidé par votre proximité dans la prière ainsi que par votre amicale attention. Je vous remercie pour toute la délicatesse dont vous avez fait preuve à mon égard. Je rends grâce à Dieu de tout cela.

 

Pour l’heure, mon état de santé semble s’être amélioré et vous en êtes du reste les meilleurs témoins. Les médecins sont extraordinaires, mais ils ne se risquent jamais à donner un pronostic de guérison, et pour cause !  Le fait est que je leur dois beaucoup, ainsi qu’à l’ensemble de l’environnement hospitalier et médical,  infirmières, kinés, pharmaciens etc. Tous ont su me soigner avec beaucoup de compétence. De tout cela, je rends grâce à Dieu.

 

Dans cette relecture, comment oublier la présence, le soutien, l’engagement de mes amis prêtres et diacres, qui ont su animer la vie paroissiale avec zèle et une énergie pleine d’enthousiasme.

Je n’oublie cependant pas que, si au cours de ces années il y eut de grandes joies, il y eut aussi de grandes tristesses.  Je nommerai Bruno Rossignol dont l’engagement tant au niveau du conseil pastoral, que dans l’association aux Captifs la Libération, fut intense. Je sais que nombreux sont ceux qui pensent et prient pour lui, pour vous, Caroline, et pour vos enfants.

Je pense également à Jean-Louis Legavre qui, avec beaucoup de discrétion, de dévouement, de compétence, a consacré plusieurs années de sa vie au service de la Paroisse. Jacqueline, son épouse, connait l’affection que nous lui portons.

Je n’oublie pas Marc Limonier, longtemps engagé au GPC à Vacourdy. Christiane de Solère, créatrice exigeante de l’antenne de l’Amitié Judéo-Chrétienne sur notre Paroisse. Jeanine Guillouet qui, avec son cœur généreux, a présidé la section du Secours Catholique. Nicole Malard, si présente sur la paroisse, au secrétariat, à l’accueil, pour la tenue des registres paroissiaux, la présidence du MCR.  Catherine Adé, du groupe du Chapelet et du groupe de prière de l’Agneau Immaculé. 

Dans la liste des nouvelles éprouvantes, je pense à Jean Aerts ; qu’il soit assuré de notre amitié et de notre prière à tous dans son combat contre la maladie. Merci à toi, Jean, et merci à ton alter ego, Jean Pierre Tresca, lui aussi si généreusement engagé dans la vie pastorale de notre paroisse.

 

Pour vous tous, j’espère avoir pu être un peu votre curé. En tout état de cause, je souhaite vous confier mon souci :

que la vie paroissiale demeure unie, vivante, priante, appelante et missionnaire.
que chacun de vous ait pu se sentir estimé, soutenu, encouragé, fortifié, sinon par mes interventions, en tout cas par ma prière.
que les prêtres et les diacres entendent mes encouragements à entreprendre et à goûter la joie et la fécondité de leur ministère. C’est en ce sens que je leur ai confié des secteurs larges et identifiés. Merci à eux, particulièrement à toi Olivier et à toi Camille.  Merci à vous pour votre engagement et votre collaboration.

 

2- Un regard pastoral

Nous sommes souvent le nez dans le guidon et nous oublions parfois de regarder  notre quartier et notre vie paroissiale avec un certain recul.

 

Evolution du quartier

Notre quartier était, pour l’Est parisien, sociologiquement bourgeois. La construction d’habitat mixte le long des boulevards extérieurs – immeubles en briques rouges – a engendré un développement notable de la mixité sociale. Aujourd’hui, nous y voyons une population d’une diversité sociale, culturelle, religieuse, etc. évidemment plus importante.

Il n’en demeure pas moins que nous sommes dans un quartier sensiblement marqué par une population jeune, familiale, mélangée.  Il n’est qu’à noter le nombre de groupes scolaires de la maternelle jusqu’au lycée, confessionnels ou non.

Ce quartier va évidemment évoluer avec l’arrivée de l’école d’infirmières et le pôle universitaire de la Sorbonne, rue de Picpus. Sur ce point, c’est une vraie chance d’accueillir autant de jeunesse.

 

Notre adresse postale est une chance, nous sommes au rendez-vous. Notre église est au milieu d’une rue commerçante, passante, vivante, fréquentée tant par les écoliers que par  les clients du marché du Cours de Vincennes. C’est une chance d’être ainsi au rendez-vous d’un lieu de vie.

 

Institutions

Nous sommes sur un territoire paroissial étonnamment riche en insitutions diverses.

Les groupes scolaires du primaire jusqu’aux études supérieures, tant confessionnels que laïcs. Je n’en dresse pas ici la liste, vous les connaissez tous.
La présence d’hôpitaux (Trousseau, Rothschild, Diaconesses) et de structures pour personnes dépendantes : la Fondation Rothschild, les Petites Sœurs des Pauvres « ma maison », le centre de santé Elio Habib, le C.A.S.P.  (Centre d’action social protestant), rue Santerre. Non loin de chez nous, le SAMU social, avenue Courteline.
Pour continuer sur le registre de l’aide sociale, comment oublier le rôle de l’association aux Captifs la Libération qui réside sur notre paroisse.
 
Les communautés religieuses sont historiquement très présentes sur notre paroisse, particulièrement rue de Picpus.
 
Les communautés catholiques étrangères.
La communauté Tamoule, qui se réunit dans la chapelle sainte Bernadette, est de plus en plus florissante. Elle est demandeuse d’un lieu plus spacieux et mieux adapté.
La communauté Polonaise, à présent dans l’église paroissiale, et non plus à la chapelle sainte Radegonde, est croissante. L’église lui offre plus de visibilité et de confort.
 
La présence d’associations, telles que « les amitiés judéo-chrétiennes » et « visemploi »…
 
Depuis quelques années,  la maison Saint-Augustin, année propédeutique pour les candidats au sacerdoce.

3- Que dire de notre communauté ?

 
Les prêtres et les diacres

Notre communauté paroissiale aime les prêtres ;  je vous remercie au nom de tous, prêtres, diacres et séminaristes, pour cette affection et pour votre prière. Les prêtres et les diacres du diocèse, mais aussi les prêtres étudiants pour qui l’adaptation n’est pas toujours aisée. Leur accueil me semble demeurer un signe fort et essentiel quant à notre capacité de vivre l’universalité de l’église. Je n’ignore pas que certains paroissiens ont pu être quelque peu gênés d’être reçus par un prêtre d’une communauté d’origine africaine, indienne, sud-américaine, océanienne, voire simplement d’outre-mer, mais j’espère que cette ouverture pourra perdurer !
Ce fut une grande joie que de vivre, de prier et de travailler avec les diacres. Toutefois, pour autant qu’une estime réciproque soit évidente, il convient de porter toute son attention à respecter le rythme et le charisme des uns et des autres.
La fécondité de notre paroisse s’exprime aussi par l’appel aux vocations religieuses, diaconales et sacerdotales. Nous aurons la joie d’accueillir deux nouveaux diacres permanents en octobre prochain.
Je sais que certains jeunes de la paroisse portent dans leur cœur cet appel au sacerdoce !

De nombreux paroissiens sont engagés au service de la paroisse, mais cependant nous ressentons souvent les manques et remarquons que les effectifs diminuent. Sachons voir toute la générosité qui est déjà à l’œuvre.

4- Conseils et commissions

 

En proposant au conseil pastoral de travailler en commissions, il m’a semblé que ce système pourrait nous aider à entreprendre une réflexion pastorale dans le souci de plus de subsidiarité, en même temps que susciter plus d’unité et plus de créativité. Plus d’unité, en faisant travailler concrètement sur le terrain les responsables des différentes activités ; et plus de créativité, en leur permettant de se rencontrer, de se parler, pour partager, réfléchir ensemble et mutualiser les initiatives.

 

La plus ancienne de ces commissions est la commission jeunesse. Il me semble que cette commission a déjà acquis une certaine maturité ainsi qu’une visibilité évidente.

 

La commission du caritatif  peut sembler plus modeste, mais je suis témoin qu’il y existe un nouveau climat : celui d’être curieux les uns des autres pour partager, s’informer. Permettez-moi de remercier ici chaleureusement tous les paroissiens engagés sur ce chantier. Je pense à tous ceux qui œuvrent dans toutes les associations présentes sur la paroisse, particulièrement l’association aux Captifs, auprès des hôpitaux, auprès de nos amis malades à qui il faut porter la communion, l’aide scolaire, l’alphabétisation, ainsi que ces initiatives, incroyables au départ, « d’hiver solidaire » et  « d’atelier cuisine ».

 

La commission festivité, convivialité doit être soutenue ; elle est pleine d’énergie et d’inventivité, mais peut se révéler fragile ; il faut l’encourager. Curieusement, les moments festifs peuvent devenir des lieux de tensions. Je suis convaincu que cette dimension paroissiale est indispensable à l’ouverture sur notre quartier. Elle est bien évidemment un moyen de mission. Veillons à l’amitié, à la bienveillance ! C’est au travers de notre unité que le témoignage touchera le cœur de nos contemporains qui doivent encore être évangélisés.

 

La commission liturgie est restée modeste dans ses propositions. Il convient de  noter que notre paroisse est une communauté priante, qui aime la beauté et le recueillement : la messe, la dévotion au saint sacrement, le chapelet, la prière de louange, la prière rue, les journées du pardon et les nombreux temps de confession.

Les paroissiens demeurent fidèles à prier avec les prêtres et les diacres au cours de l’office des laudes et des vêpres.

Au cours de nos débats, nous avons souhaité que la liturgie reste un lieu de recueillement, de formation, d’attention à la beauté en veillant à rester dans la simplicité. Nos échanges ont pu aborder de nombreux sujets tels que les lectures bien audibles, le répertoire des chants ouverts  à la jeunesse, la / les chorales,  la place de l’homélie, la place des servants d’autel et des servantes de l’assemblée, etc… Bref, cette commission a encore devant elle de nombreux autres sujets à exploiter.

 

La commission formation a pris acte des différents lieux de formation qui existent dans notre paroisse. Il convient de souligner ici l’effort entrepris auprès des jeunes avec le catéchisme, l’aumônerie, le patronage « la Camillienne », les jeunes professionnels avec Even et « jeunes pro », le parcours Zachée, ainsi qu’auprès des adultes avec « les jeudis de la Foi », les rencontres des « mardis de l’Immaculée Conception », etc…

Pour l‘année à venir, le thème de l’ « écoute » s’est imposé rapidement comme une nécessité tant au point de vue spirituel, théologique, que pastoral. Le Père Etienne Givelet reprendra, s’il le souhaite, ces questions.

 

La commission communication est constituée de membres du bureau du conseil pastoral ainsi que d’une équipe qui se réunit mensuellement pour débattre sur l’animation du site internet. A propos de la communication, des supports bien identifiés, nous disposons de la feuille d’information paroissiale hebdomadaire, la « fip », la parution « Paris XII », journal mensuel pour le doyenné, le guide  paroissial annuel, le site internet de la paroisse, la page facebook. Le succès du numérique est évident !

 

Il faudra faire le bilan de cette manière de travailler qui, pour l’instant, me semble  porter son fruit.

Durant ces années, sans en tirer aucune gloire, et pour cause, je n’ai pas pu accomplir grand  chose ! Je pense que la vie paroissiale a, néanmoins, pu demeurer vivante, riche en initiatives, et missionnaire.

La proposition de formation a été enrichie de la formation Even, du parcours Zachée, des différents thèmes des mardis de l’Immaculée Conception, (cf. liste des titres des conférences …) , des retraites paroissiales, de la catéchèse proposée en paroisse ainsi qu’à l’école de l’Immaculée Conception.

Les propositions de pèlerinages, tant pour les adultes que pour les jeunes, ont été constantes : Terre Sainte, Lourdes, Rome, Pologne, Notre Dame de Paris, Lisieux, Florence, Fatima, etc..

Les propositions d’initiatives missionnaires :   journées d’amitié, évangélisation dans la rue, saint Valentin, saint Nicolas, Epiphanie, Hiver solidaire, barbecue party …

 

Le conseil économique a entrepris un important travail de consultation pour mettre en place les nouveaux statuts de l‘Association Bel-Air.  De même, une réflexion sur l’évolution du patrimoine immobilier a été engagée, en prenant en considération la solidité financière de la paroisse ainsi que la sociologie des donateurs au denier de l’église.

Il faudra réfléchir sur l’avenir de la chapelle sainte Bernadette.

Je souhaite remercier à nouveau ici  monsieur Jean-Louis Legavre pour l’énergie qu’il a dépensée au service de la paroisse, et monsieur Hubert Mathieu, intendant bénévole pour la gestion matérielle de la paroisse et la maitrise des frais de notre vie paroissiale, ainsi que pour l’accompagnement des salariés de la Paroisse. Je souhaite également remercier l’ensemble du personnel salarié de la paroisse pour son aide qui a grandement contribué à cette vie paroissiale sereine, unie et chaleureuse qui a été la nôtre..

 

Nous avons fait un énorme effort pour tenir les locaux de la paroisse propres, les rénover, les remettre aux normes. Pas toujours compris, nous avons réaffecté les bâtiments jouxtant l’église à leur destination première, à savoir l’habitat des prêtres et du personnel au service de la paroisse, et nous avons entrepris la création de bureaux pour les prêtres et les diacres, un secrétariat plus fonctionnel ainsi que des salles de réunion.

 

5- Pour conclure

 

Au tout début de mon ministère à l’Immaculée Conception, je suis allé avec les Pères Vincent Thiallier et Albin Malry à Fain-les-Moutiers, près de Montard en Bourgogne. Nous nous sommes recueillis dans la maison natale de sainte Catherine Labouré.  Je sais que pendant toutes ces années elle m’a accompagné, elle nous a accompagnés et, que d’une manière ou une autre, elle me conduit non loin de la rue du Bac, à la Paroisse Notre Dame des Champs.

 

Dans ces quelques jours vécus  à prier auprès des reliques de Saint Vincent de Paul,  je vois l’intervention de sainte Catherine qui m’a conduit à Saint Vincent, ce géant de charité, de la mission. Une invitation à me ressourcer auprès de cette grande figure de prêtre, de missionnaire qui a eu le souci de servir le salut des âmes par la prédication, la confession, l’attention aux pauvres, autrement dit le salut des âmes par la parole, les sacrements et le soin des corps, conduit par la providence et répondant avec humilité, douceur, patience.

Pour preuve, le cadeau que Sœur Stanislava  a offert à la Paroisse : les reliques des sainte Catherine Labouré. Qu’elle veille sur chacun de vous !

Permettez-moi de me confier à votre prière pour les années à venir.

Que j’apprenne à devenir un meilleur serviteur de l’Evangile, ce que saint Vincent de Paul a vécu de manière si admirable en tant que prêtre, disciple du Christ, serviteur de ses frères.

 

Saint Vincent de Paul a eu comme amis, confidents, conseillers le cardinal Pierre de Bérulle et saint François de Sales, sainte Louise de Marillac, sainte Jeanne de Chantal, la famille de Condi et bien d’autres. Nous ne sommes jamais des chrétiens seuls. Nous avons tous besoin les uns des autres pour nous édifier dans la Foi et œuvrer à la construction du Royaume. Permettez-moi de vous considérer comme mes amis, mes confidents, mes conseillers. Vous l’êtes par toutes vos attentions délicates, par nos confidences réciproques ainsi que par votre exemplarité dans la foi et la charité.

De tout cela je vous remercie en vous confiant à l’attention maternelle de la Vierge Marie, l’Immaculée Conception.

 

Benoît Bourgoin, curé