Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse de l'Immaculée Conception
Menu

Père Olivier Derlincourt, Vicaire: Qui donne, reçoit...

Responsable des activités caritatives à la Paroisse
15 rue Marsoulan
75012
06 64 28 02 35
 

Père Olivier Derlincourt
Vicaire
15 rue Marsoulan
75012
06 64 28 02 35

Responsable des activités caritatives à la Paroisse, le Père Olivier Derlincourt œuvre chaque jour sur plusieurs fronts… Avec un seul regret : ne pas pouvoir en faire plus !

Aller vers l’autre, le démuni, l’exclu, le transparent, ainsi que le Christ nous a enjoint de le faire, est la préoccupation constante de ce prêtre qui conjugue engagement social et élan spirituel dans toutes ses actions, notamment au sein de l’association Aux captifs la libération. Fortement inspiré par l’esprit de Mère Teresa et de Saint Vincent de Paul, c’est dans l’humilité qu’il va vers ceux qui, en marge ou carrément rejetés, ont à juste titre le plus besoin de secours. De ces laissés-pour-compte – malades, clochards, prostituées… et prisonniers si le temps lui était donné -, il apprend et reçoit, dit-il beaucoup. Parce que cette approche se fait dans le respect fondamental de la personne qui est totalement libre d’accepter ou de refuser la main tendue, libre de poursuivre ou de clore le dialogue, libre enfin de s’engager ou non dans une relation dans laquelle les partenaires se reconnaissent la même dignité. Grâce à quoi un travail de resociabilisation efficace peut s’instaurer au fil de temps d’échange et de partage qui est en soi l’expression d’une pastorale : accueil personnalisé, petits déjeuners communs, prière mensuelle (le 3è ou le 4è jeudi de chaque mois), sorties-promenades, partage de l’Évangile (le mardi après-midi) et pèlerinage à Lourdes, en compagnie des paroissiens… Bref, toutes rencontres propres à rassembler, soutenir et accompagner dans un esprit d’unité et non d’uniformité.

Parallèlement à cette activité, le Père Derlincourt accorde une importance particulière à l’opération Hiver solidaire dont l’idée simple et lumineuse est d’offrir un hébergement saisonnier aux sans domicile fixe confrontés aux rigueurs de l’hiver ; et pour ce faire, de les mettre en rapport avec des paroissiens qui, sans cela, n’auraient sans doute pas eu l’opportunité d’ouvrir leur porte. Contre toute attente, ce sont quelque quatre-vingts personnes qui se sont engagées dans cette opération dans le quartier, témoignant ainsi de leur engagement d’hommes et de chrétiens.

Ajoutons à cela l’animation d’un groupe de jeunes professionnels qui s’organise en temps d’enseignement et de prière (formation doctrinale issue de Vatican 2) , groupe qui, de quatre est rapidement passé à une trentaine de participants réguliers, très demandeurs en la matière) et la responsabilité des mariages et des baptêmes, cette activité n’empêchant toutefois pas le Père Derlincourt d’être toujours disponible.

En assistant à sa première messe à l’âge de six ans, le Père Derlincourt  comprit que Dieu existait et qu’il deviendrait un jour prêtre. Une question d’enfant lui monta alors aux lèvres : « Comment fait-on pour lui parler ? » La réponse lui est venue, sans cesse plus évidente, lorsque, simple stagiaire, il œuvra aux côtés des Missionnaires de la Charité (congrégation fondée par Mère Térésa), et aujourd’hui au contact des marginaux, des rejetés et des souffrants. « Par eux, dit-il, on s’approche de la dévotion au Saint-Sacrement. »  

O. G.